Le marketing sensoriel, clé du réenchantement ?

 

s'envoyer en l'airQuelle couleur, quel son ou même quelle odeur ? Qui sait répondre à ses questions a fait un pas vers la conquête du consommateur. La faiblesse des sources de différenciation légitime l’intérêt des fabricants et des commerçants pour ces petits détails qui peuvent expliquer que le consommateur se tourne ou se détourne de leurs produits ou de leurs points de vente.

Ce mouvement se trouve renforcé par ce que certains appellent l’économie expérientielle. Ainsi, tout ce qui est en mesure de renforcer l’impact émotionnel du produit ou du service est recherché. Très souvent, la mise en place de cette expérience revêt un dimension artistique qui rend difficile la généralisation de l’expérience proposée par exemple au sein des différents points de vente d’une enseigne. De la même façon, au-delà du talent d’un designer, il est parfois compliqué d’identifier ce qui dans le design du produit fonctionnera ou ne fonctionnera pas. C’est ici que le marketing sensoriel peut prendre toute sa place. En effet, il peut contribuer à l’habillage sensoriel de l’expérience en s’appuyant sur les travaux menés sur l’influence des différentes dimension sensorielles du produit ou du point de vente. Il va intervenir sur trois dimensions du mix : le produit, la distribution et la communication. Ainsi, nous proposons la définition suivante du marketing sensoriel :

Le marketing sensoriel est une déclinaison du marketing qui vise à stimuler les achats et à conforter le lien entre la marque et ses clients grâce à la sollicitation des 5 sens dans le cadre des actions menées sur le produit, la distribution et la communication.

 Dès lors, on peut parler de marketing visuel, de marketing sonore, de marketing tactile ou de marketing olfactif. L’ensemble des actions menées sur les différents sens permet de réenchanter l’offre produit ou service en apportant au consommateur la part de rêve qui va l’éloigner de la grisaille de son quotidien. Ainsi, selon une enquête réalisée par le Boston Consulting Group cité par Les Echos, « les Français ne sont que 41 % à dire qu’ils sont »satisfaits de leur vie aujourd’hui », contre plus de 60 % pour les Allemands ou les Espagnols ». De la même façon on peut constater une certaine désaffection d’une partie des consommateurs pour les marques et le consommation. Dès lors, il ne faut pas s’étonner que les professionnels du marketing soient à la recherche de tous les moyens leur permettant de réenchanter la consommation. Le marketing sensoriel peut les y aider.

Share This

Share This

Share this post with your friends!